Accueil

Editorial – 21 mai 2017

Nous vivons en espérance

Quarante jours après Pâques, l’Eglise célèbre le jour où le Christ fut élevé au ciel, dans la gloire. Par son Ascension, Jésus ne se sépare pas de son humanité, comme si elle avait représenté une parenthèse, un moyen transitoire pour nous communiquer un message. C’est avec son corps qu’il monte au ciel. En lui, c’est l’humanité toute entière qui est élevée au ciel. Son Ascension, dit la prière d’ouverture de la messe « est déjà notre victoire », en effet, « nous sommes les membres de son corps, il nous a précédé dans la gloire auprès de Dieu, et c’est là que nous vivons en espérance ». Finalement, le message, c’est l’assomption même de notre humanité. La Préface de la messe dit ceci : « Il ne s’évade pas de notre condition humaine : mais, en entrant le premier dans le Royaume, il donne aux membres de son corps l’espérance de le rejoindre un jour ».

Il nous donne ainsi une véritable espérance. Nous sommes appelés à le rejoindre, transfigurés par l’Esprit Saint et unis dans l’amour du Père.

Son départ ne marque donc pas un terme, mais un nouveau départ. Cela nous sera dit avec force le jour de la Pentecôte. En envoyant son Esprit Saint sur les disciples, le Seigneur leur donne une mission dans le monde. C’est pourquoi le récit de l’Ascension se termine par la parole des anges : « pourquoi restez-vous à regarder vers le ciel ? ». Notre vie sur terre a un but : proclamer la joie de l’Evangile, annoncer à tous les hommes le salut, dans l’attente de la

venue du Christ à la fin des temps : « il viendra de la même manière que vous l’avez vu s’en aller vers le ciel ».

Notre pèlerinage paroissial est structuré par ces deux dimensions de la fête de l’Ascension. Tout d’abord l’espérance du Ciel : nous l’évoquerons particulièrement au Mont Saint Michel, cette basilique qui comme la Jérusalem céleste semble « venir du ciel, d’auprès de Dieu » (Ap 21). Loin de faire des saints des rêveurs désincarnés, l’espérance du Ciel a été un moteur de leur mission dans le monde. Ainsi, le jeune Saint José del Rio a su témoigner jusqu’à la mort de son attachement au Christ. Saint Philippe Neri, habité par un intense désir du Ciel, a su communiquer à tous l’amour brûlant du Christ. Quant au bienheureux Frédéric Ozanam (le fondateur de la Conférence Saint Vincent de Paul) et aux saints Louis et Zélie Martin, ils demeurent des exemples exceptionnels de ce que peut être la mission des chrétiens dans le monde.

Ceux qui ne viennent pas au pèlerinage peuvent compter sur la prière de ceux qui partent. Que ces trois jours renouvellent notre paroisse dans l’espérance du Ciel et dans la joie de la mission !

Henri de l’Eprevier

 

Informations sur le pèlerinage (cliquer ici)

Liens importants

Agenda, annonces,feuilles saumon et livrets
Groupe Paulin Enfert
Spectacles Espace Ararat

Jeudi de l’Ascension (25 mai) : les messes sont à 10h30 et 18h30. Pas de messe à 9h00.

Denier de l’Eglise

Votre don est essentiel pour la paroisse.

Par avance, merci  !


Retrouvez tous les éditoriaux. Allez dans le bas de page dans « Catégories » et sélectionnez « Index éditoriaux »

Paroisse Sainte Anne de la Butte aux Cailles

Logo_StA_1188 rue de Tolbiac 75013 Paris
Tél : 01 45 89 34 73 – Fax : 01 45 89 92 99