Désormais La Force de Dieu

Désormais La Force de Dieu agit dans votre faiblesse – 11 février 2018

Voici les paroles que le prêtre dit en confidence à la personne qu’il vient de marquer avec « l’Huile des malades ». Celle-ci a été bénite précisément par l’évêque lors de la messe Chrismale dans les jours qui précèdent Pâques.

A la veille de la fête de Notre Dame de Lourdes 10 personnes reçoivent ce sacrement de l’Onction des malades au cours de la messe de 18h00. D’autres le recevront ultérieurement chez elles ou dans les maisons de retraite. Cet événement nous concerne à divers titres.

Baptisés, nous vivons en communion avec toute l’Eglise, dans son histoire comme dans sa vie actuelle. Celle-ci dépasse les limites de notre perception immédiate. Dès les premiers temps à la suite du Christ, les communautés chrétiennes on été attentives aux personnes malades : «  Si l’un de vous est malade, qu’il appelle les anciens de l’Eglise : ils prieront sur lui après lui avoir fait une onction d’huile au nom du Seigneur. Cette prière inspirée par la foi sauvera le malade, le Seigneur le relèvera et, s’il a commis des péchés; il recevra le pardon » est-il écrit dans la lettre de saint Jacques 5, 14-15.

« Tous les chrétiens ont à partager l’attention et l’amour du Christ et de l’Eglise pour les malades.

Celui qui est malade ne sera pas d’abord pour eux un malade mais une personne : une personne affectée par la maladie mais appelée à maintenir une vie de relation et d’échanges ; une personne invitée comme chaque être à assumer sa vie et à faire face aux difficultés ; une personne appelée à faire de sa vie une réponse personnelle aux appels du Christ » pouvons-nous lire dans un texte plus récent.

Baptisés, chaque dimanche, nous célébrons la Pâque du Christ. La Force de Dieu se manifeste dans la faiblesse. Le Ressuscité est aussi le Crucifié : « il ne s’est pas prévalu de son rang qui l’égalait à Dieu. »

Communier en Eglise, c’est toujours recevoir et donner. Nos frères et sœurs qui reçoivent le sacrement de l’Onction ont reconnu leur fragilité, ils expriment leur foi et leur confiance au cœur de l’épreuve.

Ils reçoivent ce sacrement, force de Dieu.

Accueillons le message qu’ils nous donnent et aussi l’appel qu’ils nous adressent de les accompagner dans la prière et les mille et uns gestes qui nous rendent proches les uns des autres.

« Désormais la Force de Dieu agit dans votre faiblesse »

Paul Bailly