Les temps sont accomplis

Les temps sont accomplis : Convertissez-vous et croyez à l’Évangile – 18 février 2018

Au commencement de ce temps de carême, temps de grâce, le cri de Jésus venant du désert retentit de nouveau : «  Convertissez-vous et croyez à l’Évangile ».

Au désert, pendant quarante jours, il a mené un combat spirituel dont il est sorti victorieux.

De même, durant ce temps du Carême, pour nous préparer à la fête de Pâques, nous sommes invités à sa suite, pour vivre le même combat spirituel ; c’est-à-dire: prier avec lui, jeûner avec lui, partager avec nos frères avec lui.

À sa suite, il ne s’agit pas de faire des efforts par nos propres forces humaines mais de laisser le Christ nous habiter pour faire sa volonté et nous laisser guider par l’Esprit.

Et ce temps nous adresse toujours un appel pressant à la conversion : le chrétien est appelé à revenir à Dieu de tout son cœur pour ne pas se contenter d’une vie médiocre, mais grandir dans l’amitié avec le Seigneur.

Jésus est l’ami fidèle qui ne nous abandonne jamais, car même lorsque nous péchons, il attend patiemment notre retour à Lui et, par cette attente, il manifeste sa volonté de pardon.

Le Carême est le moment favorable pour intensifier la vie de l’Esprit grâce aux moyens sacrés que l’Église nous offre: le jeûne, la prière et l’aumône. A la base de tout il y a la Parole de Dieu, que nous sommes invités à écouter et à méditer avec davantage d’assiduité en cette période. La Parole de Dieu est une force vivante, capable de susciter la conversion dans le cœur des hommes et d’orienter à nouveau la personne vers Dieu. Fermer son cœur au don de Dieu qui nous parle a pour conséquence la fermeture de notre cœur au don du frère.

Ce temps de carême qui vient de s’ouvrir est un temps pour recommencer à respirer, c’est le temps pour ouvrir le cœur au souffle de l’Esprit Saint.

Il n’est pas le temps pour déchirer nos vêtements face au mal qui nous entoure, mais plutôt pour faire de la place dans notre vie à tout le bien que nous pouvons faire, nous dépouillant de tout ce qui nous isole, nous ferme et nous paralyse.

Le Carême est un nouveau commencement, un chemin qui conduit à une destination sûre : la Pâques de la Résurrection, la victoire du Christ sur la mort.

 

Père Guy Randrianantenaina