Vous avez dit temps ordinaire

Vous avez dit « temps ordinaire »…? – 03 juin 2018

Notre liturgie nous fait vivre deux périodes de l’année comme des « temps ordinaires ».

Le temps dit ordinaire désigne les périodes autres que les deux temps forts célébrés par l’Église : d’une part, l’Avent et le temps de Noël, d’autre part, le Carême, la fête de Pâques et le temps pascal jusqu’à la Pentecôte.

Le « temps ordinaire » n’a ou ne devrait avoir d’ordinaire que le nom !

Devons-nous hiberner, entrer dans une routine de vie Chrétienne : une pincée de charité, une lecture épisodique des textes, une participation hebdomadaire à l’Eucharistie… ??? C’est une possibilité, et c’est déjà essentiel ! D’ailleurs, notre Eglise laisse à chacun une totale liberté d’organiser son engagement dans la foi et c’est très bien ainsi.

Mais l’on peut aussi profiter de ce temps pour mettre en œuvre des actes concrets, pour agir dans notre quotidien, dans notre environnement comme des Chrétiens vivants leur foi dans la certitude que le sacrifice du Christ nous engage sur le chemin de l’amour, de la miséricorde, de l’attention aux autres…

Le Saint Sacrement : Dieu avec nous !

La fête du Saint Sacrement du Corps et du Sang du Christ, c’est-à-dire la consécration de l’Eucharistie, fait de cette pratique régulière une source puissante pour y puiser force et convictions, pour nous porter dans nos engagements individuels et collectifs.

Cette période, porte ouverte…déjà… sur le temps de vacances, pourrait être mise à profit pour porter un regard sur l’accompli des 6 derniers mois et décider de ce que nous pourrions mettre en œuvre maintenant et jusqu’à la fin de cette année !

Agir parce que c’est aussi dans l’action que les Chrétiens révèlent leur foi !

Et les exemples ne manquent pas. Comme celui des Sœurs du Prado qui nous quittent, après 42 années passées auprès des paroissiens dans une action quotidienne discrète mais si efficace, si essentielle, si salvatrice. (Cf. Edito du 27 mai 2018)

Elles ont participé au rayonnement de l’Eglise dans des lieux qui en sont parfois éloignés.

Elles ont certainement permis de circonscrire le développement du communautarisme dans certains quartiers, dans certains immeubles.

Nous regrettons bien sur leur départ et ce vide ainsi créé qui ne sera pas comblé.

Il s’agit là d’un exemple emblématique, d’autres actions permanentes de charité ou de proximité existent dans notre paroisse. Il ne s’agit pas ici de les présenter mais de se questionner sur ce qui nous engage, lorsque nous communions en cette fête du saint Sacrement au Corps et au Sang du Christ.

Eucharistie du « temps ordinaire » !

Cette Eucharistie du « temps ordinaire », pourrait donc être une occasion de se questionner sur notre engagement de Chrétien. Ce sacrement que je peux renouveler chaque jour n’est-il que pour moi-même ou me relie-t-il aux Chrétiens et aux non croyants ? Pourquoi est-ce que je communie ? Ce lien si fort du partage du pain et du vin qui nous uni nous oblige aussi à la réflexion et à l’action.

Action intérieure bien sûr, discernement, prière, mais aussi action collective et notamment pour que recule le mépris, la discorde, la haine, la jalousie, le racisme, l’exclusion…

Action pour reconnaitre le Christ dans sa mission de Dieu sauveur seul capable par sa miséricorde de nous réconcilier avec l’essentiel en participant aux 3 piliers du Christianisme, annoncer la Bonne Nouvelle, célébrer l’Eucharistie et servir le Frère, en partageant ce message d’accueil et d’amour, de compassion qui traverse la bible comme une boussole sur le chemin qui nous mène à Dieu.

Donner et recevoir… !

Que cette Eucharistie soit une occasion d’accueillir dans le Corps du Christ, l’autre, le différent, l’étranger, le plus démunis, le méprisé… Qu’elle nous permette d’avancer sur notre chemin de foi, ancré dans le Christ, pour se convertir et pour favoriser la rencontre.

A cet égard, les besoins sont permanents. Engagement solidaire, engagement envers les plus démunis, les groupes présents sur la paroisse recherche des bénévoles pour maintenir ou développer leurs actions. Contactez-nous !

Pour élargir notre réflexion sur la question de la migration, je vous propose de lire cet article de Mgr Jachiet publié par le CCFD « Changeons de regard sur les migrants »

https://bit.ly/2IRkHNO

Sylvain Thibon, diacre