A quoi

À quoi allons-nous comparer le règne de Dieu ? – 17 juin 2018

La principale mission de l’Envoyé de Dieu c’est l’Annonce du Règne de Dieu ; de le faire connaître à toute l’humanité son existence et de nous introduire de le vivre.

A part des paraboles, il y a un dynamisme de discours de Jésus qui explicite le Règne de Dieu.

Au début de sa vie publique, Il a dit : « Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à l’Évangile » ; et en répondant les attaques de ses adversaires, Il leur a répliquait « si c’est par le doigt de Dieu que j’expulse les démons, c’est donc que le règne de Dieu est venu jusqu’à vous » ; puis  en répondant la demande des pharisiens sur la venue de Règne de Dieu, il a confirmé : « La venue du règne de Dieu n’est pas observable. On ne dira pas : “Voilà, il est ici !” ou bien : “Il est là !” En effet, voici que le règne de Dieu est au milieu de vous » ; enfin Jésus a envoyé ses disciples de « proclamer le règne de Dieu et guérir les malades », puis de prier au Père que « son Règne vienne ».

Comme Saint Paul a dit que  » Le Règne de Dieu est justice, paix et joie dans l’Esprit Saint  » (Rm 14, 17), Il est avant nous. Il s’est approché dans le Verbe incarné, il est annoncé à travers tout l’Evangile, il est venu dans la mort et la Résurrection du Christ.

Le Règne de Dieu vient dès la sainte Cène et dans l’Eucharistie, il est au milieu de nous.

Le Règne viendra dans la gloire lorsque le Christ le remettra à son Père.

Dans la prière du Seigneur, il s’agit principalement de la venue finale du Règne de Dieu par le retour du Christ (Tt 2, 13). Mais ce désir ne distrait pas l’Église de sa mission dans ce monde, il l’y engage plutôt. Car depuis la Pentecôte, la venue du Règne est l’œuvre de l’Esprit du Seigneur  » qui poursuit son œuvre dans le monde et achève toute sanctification  » (prière eucharistique IV).

L’Église, ou le royaume du Christ déjà présent dans le mystère, par la puissance de Dieu, grandit visiblement dans le monde. Ce commencement et cette croissance sont signifiés par le sang et l’eau, qui sont sortis du côté ouvert de Jésus crucifié (Jn 19, 34), et sont prédits par les paroles du Seigneur au sujet de sa mort sur la croix: « Et moi, quand Je serai élevé de la terre, tous me tireront » (Jn 12,32).

Chaque fois que le sacrifice de la croix, avec lequel Christ, notre agneau pascal, est célébré sur l’autel, l’œuvre de notre rédemption est renouvelée (L.G 3).

Père Guy Randrianantenaina