Jésus aurait-il enfilé un gilet jaune ?

Jésus aurait-il enfilé un gilet jaune ? – 9 décembre 2018

Difficile de répondre !!

Mais l’Eglise elle, sait de quoi elle parle quand il s’agit d’évoquer la situation des plus pauvres et des plus démunis. C’est même dans son ADN. « Ce que vous faites au plus petit c’est à moi que vous le faites » dit Jésus (Mat. Chap 25)

Depuis toujours le traitement de la question des inégalités est au cœur de notre réflexion de Chrétiens. Déjà, et bien d’autres avant lui, Paul VI le 26 mars 1967 écrivait dans son Encyclique

Populorum Progressio :

« … Il faut se hâter: trop d’hommes souffrent, et la distance s’accroît qui sépare le progrès des uns, et la stagnation, voire la régression des autres…. »

« …Il est certes des situations dont l’injustice crie vers le ciel. Quand les populations entières, dépourvues du nécessaire, vivent dans une dépendance …grande est la tentation de repousser par la violence de telles injures à la dignité humaine. »

C’était… en 1967, ce message raisonne à nos oreilles et  redevient d’une brulante actualité.

L’Eglise, ses pasteurs, ses laïcs, le peuple de Dieu s’efforcent d’être toujours aux avant-postes pour agir et répondre aux besoins des plus démunis. Les Chrétiens connaissent les souffrances, les désespoirs, ils accompagnent les désespérances.

Souvent reprises par d’autres associations dans la société civile, les initiatives de notre Eglise pour soulager le fardeau de ceux qui peinent sont permanentes. La récente crise des migrants a démontré combien l’engagement de Chrétiens pouvait être source d’apaisement et d’actions efficaces!

Depuis les violences de samedi 1er décembre, les évêques de France tiennent à souligner « le rôle et la responsabilité » des catholiques pour « participer à la reconstruction du lien social ».

Si le contexte actuel de la vie de l’Eglise rend sa parole moins audible, elle n’en demeure pas moins nécessaire. Conférences, réunions publiques, colloques… notre expertise du terrain doit être partagé.

L’agir Chrétien…

Oui, ils sont là les Chrétiens, engagés pour tenter de maintenir ce lien social, pour soutenir les plus affaiblis, les amochés de la mondialisation. Par la prière, par la réflexion, mais aussi dans l’action, ils répondent au message du Christ en s’abaissant vers les plus faibles pour les aider à se relever, à se redresser.

Une société qui oublie les plus petits est une société qui coure à sa perte.

Partout où l’Eglise agit, elle soulage, elle réconcilie, elle apaise… En cette période de l’Avent, agissons pour que rayonne le message du Christ, celui de l’Espérance tant attendue, ce message de Paix, de Liberté, d’Amour du prochain et notamment du plus petit. Que notre attention se porte sur celui qui nait dans une crèche et que nous côtoyons chaque jour.

Dans 3 semaines nous célébrerons Noël, fête de la douceur faite chair !

Pour préparer cet avènement, approchons du plus petit, de celui qui vient au cœur de nos vies et les bouleverser, enfilons le gilet de cette belle espérance.

Sylvain Thibon, Diacre Permanent