La première paroisse

La première paroisse – 06 janvier 2019

Sainte Marie et Saint Joseph cherchaient de la tranquillité au moment de la naissance de Jésus. C’est bien normal quand une maman va bientôt accoucher. S’ils l’ont trouvée au moment où Jésus est né, cela n’a pas dû durer bien longtemps. Déjà, dans le Ciel, tous les chœurs angéliques se sont mis à donner de la voix ! Ils ont averti les bergers des alentours qui n’ont pas attendu pour venir emplir la petite maison de Bethléem. Et aussitôt après, sont arrivés des Mages venus de loin ; ils n’étaient sûrement pas seuls, une nombreuse troupe de chameliers et serviteurs devaient les accompagner. Sainte Anne et Saint Joachim sont-ils venus eux aussi ? Ce n’est pas impossible ; quels grands parents ne se déplaceraient pas pour voir leur petit enfant ?

La Crèche de Bethléem, c’est la première paroisse de l’histoire ! N’est-ce pas ce que nous vivons et que nous voudrions vivre nous aussi ? Accueillir la présence du Seigneur comme Sainte Marie et Saint Joseph, le contempler et l’adorer, et le chanter avec les anges du Ciel. Partager notre joie avec ceux qui habitent à l’entour (c’est le sens du mot paroisse : « ceux qui habitent à côté »). Et enfin accueillir ceux qui sont les plus éloignés, leur faire connaître la venue du Seigneur en notre chair.

Les vœux que je formule en ce début d’année sont bien ceux que nous inspirent la crèche de Bethléem, et que formulent les trois lectures de ce dimanche : « Frères, vous avez appris, je pense, en quoi consiste la grâce que Dieu m’a donnée pour vous ». Voici la grâce que Dieu nous a donnée : « Debout, resplendis ! Elle est venue, ta lumière, et la gloire du Seigneur s’est levée sur toi ». Cette lumière, nous pouvons la contempler : « Quand ils virent l’étoile, ils se réjouirent d’une très grande joie. Ils entrèrent dans la maison, ils virent l’enfant avec Marie sa mère et, tombant à ses pieds, ils se prosternèrent devant lui ». Soyons des contemplatifs. Prenons le temps de mieux connaître le Seigneur, de nous nourrir de sa Parole et de son eucharistie, et de l’adorer !

Ayant contemplé le Seigneur Jésus, Dieu présent, nous pouvons lever les yeux : « Lève les yeux alentour, et regarde : tous, ils se rassemblent, ils viennent vers toi ». Ils sont nombreux, ceux qui comme les Mages, ne demandent qu’à venir se réjouir de la lumière révélée. Réjouissons-nous des nombreux catéchumènes de la paroisse. Mais il y en a d’autres ! Soyons accueillants et soyons missionnaires ! Nous pourrons alors faire nôtres les paroles adressées à Jérusalem : « Alors tu verras, tu seras radieuse, ton cœur frémira et se dilatera », car aimer Dieu et grandir dans l’amour fraternel au sein de notre paroisse, mais aussi au-delà, cela dilate le cœur.

Bonne et sainte année !

Père Henri de l’Eprevier