Agir pour combler les manques

Agir pour combler les manques …– 20 janvier 2019

Ce « temps ordinaire » de l’Eglise ne nous invite pas seulement à replier les guirlandes, ranger nos cadeaux au fond du placard, trainer les pieds devant la grisaille d’un hiver finissant, profiter des soldes ou être accrochés aux images des manifestations du WE… Non, bien au contraire Jésus nous invite à multiplier les moments de fêtes avec lui, en lui, car Il est la vie, l’espérance, l’action.

Une période de routine?

Pour éviter d’y sombrer, il nous faut bien sur étudier et approfondir le message porté par Jésus, le décrypter afin d’agir en ce bas monde en vérité et en amour auprès de nos prochains, et vivre finalement simplement en Chrétien.

Comme ses disciples, nous pouvons vivre si nous le voulons, les manifestations de la Gloire de Dieu dans notre vie. Présentons-lui nos manques, nos peines, nos soucis en confiance et nous serons rassasiés, comblés, reboostés, vitaminés et capables d’envisager l’avenir avec un regard neuf, un cœur plus ouvert…

Allez de l’avant chaque jour ! 

En ces temps ordinaires de « grand débat national », que chaque Chrétien mette à profit cette période pour révéler les manques les plus flagrants, partager ses idées, ses réflexions, ses souhaits à la lumière d’une espérance révélée, et avant tout en portant la parole de celles et ceux, les plus démunis, les plus pauvres, les exclus, les migrants qui ont tant besoin de nous.

Notre société se portera mieux lorsque ceux qui sont au cœur du souci de Dieu seront eux-mêmes rassasiés, respectés, associés au destin commun.

Nous pouvons, nous devons comme Chrétiens, agir et porter ce message d’attention au plus petit en participant chacun selon ses possibilités au renouvellement du lien social si distendu, et source d’incompréhension, parfois de violence.

 Le règne de Jésus se réalise par la proximité et la tendresse – Pape François

Prenons part au débat avec cette exigence de l’attention à l’autre et d’abord aux plus faibles. C’est une condition pour faire de ce temps ordinaire un temps d’accomplissement de la parole de Dieu, un temps de partage, pour que cette belle fête de Noël que nous venons de vivre porte une espérance de vie, de paix et d’amour pour chacun et pour tous.

 

Sylvain Thibon, diacre permanent