Seigneur quand est ce que tu viendras ?

Seigneur quand est ce que tu viendras ? – 27 janvier 2019

La question du « quand » se présente souvent à notre esprit mais elle ne semble pas être la plus juste. Pourtant il surgit, du fond de notre être une inquiétude. En effet, comme des enfants nous supplions : « Seigneur, dis-nous quand tu reviendras ! » Manifeste-t-elle le désir de l’essentiel qui habite notre cœur ? Dans ce cas, elle agit comme un aiguillon nous maintenant dans l’attitude de veille qui est la seule exigence laissée par le Seigneur : Veillez donc, car vous ne savez pas quel jour votre Seigneur va venir (Mt 24,42). Quelle peut être cette bonne inquiétude ?

Contemplons l’expérience humaine pour comprendre. L’attitude de veille est particulièrement perceptible dans la nuit,  lorsque le jour a regagné sa tanière. Là,  dans le silence, à la campagne ou en retraite, dans l’obscurité nous entrevoyons la densité d’une présence qui se cache et qui viendra un jour. Notre cœur semble alors veiller, comme on guette l’arrivée du jour ou de quelqu’un. Souvenons-nous du petit enfant que nous avons été, et qui, attendant un cousin ou une amie, faisait le guet au bout du chemin, dans une joie mêlée d’inquiétude. Lorsqu’il apercevait la personne que son cœur aimait, il pouvait bondir, tout à sa joie ; il n’était pas pris à l’improviste car il s’était préparé. Son inquiétude venait de son amour. Ce n’était pas un caprice, mais un désir du cœur. Là est l’attitude que nous devons revêtir. C’est une sorte de tension de notre cœur vers le sens de notre vie.

 Ces expériences du quotidien nous montrent la manière dont nous sommes appelés à attendre la venue de la gloire de notre Sauveur. Consumés au feu de la prière, qui seule peut maintenir notre cœur dans la veille, nous sommes encouragés à l’attendre, comme le peuple juif, pendant des centaines d’années, a attendu la venue de l’Emmanuel. La liturgie relie ces deux venues du Christ, dans la crèche qui va bientôt disparaître de nos églises et dans la gloire, pour nous montrer que l’attitude à revêtir est la même, et que les questions de dates ne sont pas fondamentales.

Tournons-nous chaque jour vers le Seigneur pour nous préparer à sa venue dans la gloire.

Abbé Henri Beaussant