Fidélité et éternité s’embrasent

Fidélité et éternité s’embrasent ! – 22 septembre 2019

Au-delà du sujet de l’argent, toujours délicat, et provocant beaucoup de susceptibilité, le Seigneur utilise la parabole de ce dimanche (Luc 36, 1-13) non pas tellement pour faire réfléchir sur la pauvreté, mais pour mettre en valeur le lien de fidélité qui nous unit à Dieu, et qui nous fait vivre. Le cœur de son enseignement est la relation établit entre le Maître et son gérant, de la même manière que nous devons réfléchir à notre relation entre Dieu et chacun de nous. Qu’avons-nous que nous n’ayons reçu ? A commencer par la Vie, et reconnaissons que ce don est gratuit ! Nous recevons la Vie par grâce, et le mystère de notre identité, qui est sacrée, va se déployer dans le temps, si nous gérons correctement notre quotidien en usant de notre liberté vers le bien et dans le vrai … selon le cœur de Dieu, notre Maître aimant, donc donnant. L’enjeux étant tout simplement notre bonheur, notre accomplissement et l’éternité !

C’est pourquoi les deux qualités mises en valeur par le Seigneur sont la lucidité, et l’habileté du gérant malhonnête. Lumière et bonté dans l’action, sans oublier qu’il existe une source gratuite qui imprime l’homme agissant. Nous les hommes, nous avons à reconnaitre cette origine qui marque de façon indélébile notre être. Puis nous devons nous déployer, grandir, agir, en gérant notre vie, selon cette gratuité, mais aussi avec efficacité, pour participer à la fécondité de la vie, jusqu’à entrer un jour dans l’éternité. Ce mouvement étant l’amour dont nous sommes indéfectiblement marqués. Sinon, nous risquerions de croire par orgueil, que nous sommes la référence, et même parfois la source. D’où le relativisme ambiant, où chacun y va de « sa » vérité, et justifie ses actes selon ses émotions, et ses intentions … mais n’y a t-il pas un Auteur, un Créateur, un plan, un projet, une promesse et une alliance avant nous et avec nous ?

C’est justement là que va s’introduire la nécessité de la fidélité : non pas une vertu statique qui nous interdirait de nous éloigner, ou d’être infidèles, mais un mouvement dynamique qui nous pousse à inventer, à participer dans le déploiement du temps, des actes conformes à notre être, reçu gratuitement, et appelé à se donner, pour nous réaliser, et porter des fruits, jusque dans l’éternité ; une force intérieure qui nous rend comme créateurs : la fidélité créatrice. Celle-ci permet de mettre le feu de la sainteté qui embrase le monde.

Dans l’actualité de notre pays, nous sommes justement appelés à trouver les mots, les moyens, les exemples dont notre société a besoin pour rester fidèle à la dignité de l’humain ! C’est la place des chrétiens, et leur devoir, de témoigner du Christ qui vient sauver chacun, c’est-à-dire donner un sens à la vie … le sens de la vie … éternelle.

Abbé Guillaume Seguin