Messe du jour

Textes de l’Association Episcopale Liturgique pour les pays Francophones – AELF

Jour liturgique © AELF

2020-10-29
romain
vert
Paire
ordinaire
30ème Semaine du Temps Ordinaire
jeudi
de la férie
de la férie

Textes de la Messe © AELF

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Éphésiens

Frères,
    puisez votre énergie dans le Seigneur
et dans la vigueur de sa force.
    Revêtez l’équipement de combat donné par Dieu,
afin de pouvoir tenir contre les manœuvres du diable.
    Car nous ne luttons pas contre des êtres de sang et de chair,
mais contre les Dominateurs de ce monde de ténèbres,
les Principautés, les Souverainetés,
les esprits du mal qui sont dans les régions célestes.
    Pour cela, prenez l’équipement de combat donné par Dieu ;
ainsi, vous pourrez résister
quand viendra le jour du malheur,
et tout mettre en œuvre pour tenir bon.
    Oui, tenez bon,
ayant autour des reins le ceinturon de la vérité,
portant la cuirasse de la justice,
    les pieds chaussés de l’ardeur à annoncer l’Évangile de la paix,
    et ne quittant jamais le bouclier de la foi,
qui vous permettra d’éteindre
toutes les flèches enflammées du Mauvais.
    Prenez le casque du salut
et le glaive de l’Esprit, c’est-à-dire la parole de Dieu.

    En toute circonstance,
que l’Esprit vous donne de prier et de supplier :
restez éveillés,
soyez assidus à la supplication pour tous les fidèles.
    Priez aussi pour moi :
qu’une parole juste me soit donnée
quand j’ouvre la bouche pour faire connaître avec assurance
le mystère de l’Évangile
    dont je suis l’ambassadeur, dans mes chaînes.
Priez donc afin que je trouve dans l’Évangile
pleine assurance pour parler comme je le dois.

            – Parole du Seigneur.

Refrain psalmique : (Ps 143, 1a)

Béni soit le Seigneur, mon rocher !

Béni soit le Seigneur, mon rocher !
Il exerce mes mains pour le combat,
il m’entraîne à la bataille.

Il est mon allié, ma forteresse,
ma citadelle, celui qui me libère ;
il est le bouclier qui m’abrite,
il me donne pouvoir sur mon peuple.

Pour toi, je chanterai un chant nouveau,
pour toi, je jouerai sur la harpe à dix cordes,
pour toi qui donnes aux rois la victoire
et sauves de l’épée meurtrière David, ton serviteur.

Acclamation : (Lc 19, 38 ; 2, 14)

Alléluia. Alléluia.
Béni soit notre roi,
celui qui vient au nom du Seigneur.
Paix dans le ciel et gloire au plus haut des cieux !
Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce jour-là,
    quelques pharisiens s’approchèrent de Jésus pour lui dire :
« Pars, va-t’en d’ici :
Hérode veut te tuer. »
    Il leur répliqua :
« Allez dire à ce renard :
voici que j’expulse les démons et je fais des guérisons
aujourd’hui et demain,
et, le troisième jour, j’arrive au terme.
    Mais il me faut continuer ma route
aujourd’hui, demain et le jour suivant,
car il ne convient pas
qu’un prophète périsse en dehors de Jérusalem.

    Jérusalem, Jérusalem,
toi qui tues les prophètes
et qui lapides ceux qui te sont envoyés,
combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants
comme la poule rassemble ses poussins sous ses ailes,
et vous n’avez pas voulu !
    Voici que votre temple est abandonné à vous-mêmes.
Je vous le déclare :
vous ne me verrez plus
jusqu’à ce que vienne le jour où vous direz :
Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! »

            – Acclamons la Parole de Dieu.

Office des lectures du jour © AELF

V/ Dieu, viens à mon aide,
R/ Seigneur, à notre secours.

Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit,
au Dieu qui est, qui était et qui vient,
pour les siècles des siècles.
Amen. (Alléluia.)

Qu'il soit béni, qu'il vienne,
Le Roi, notre Seigneur !
Ouvrez, ouvrez vos portes,
Ne fermez plus vos cœurs !
Il vient à nous sans faste,
Grandeur ni majesté,
Vêtu comme le pauvre
Dans son humilité !

Qu'il soit béni, qu'il vienne,
Le Roi, notre Seigneur !
Entendez-le qui parle,
Sortez tous de l'erreur !
Malheur à l'homme riche
S'il ne veut écouter
Le Christ de la Promesse
Qui vient nous racheter !

Qu'il soit béni, qu'il vienne,
Le Roi, notre Seigneur !
Il montre à tous les humbles
La face du Sauveur !
À lui sont en partage
La gloire et le pouvoir,
Ce qu'à la fin des âges
Les peuples pourront voir !

Qu'il soit béni, qu'il vienne,
Le Roi, notre Seigneur !
Il donne aux misérables
La paix du Bon Pasteur,
Il est doux. Il est humble.
Son joug sera léger!
Et c'est lui qui nous mène
Jusqu'à la liberté !

Tu nous as sauvés, Seigneur, nous t'en rendons grâce à jamais.

2 Dieu, nous avons entendu dire, +
et nos pères nous ont raconté, *
quelle action tu accomplis de leur temps,
aux jours d'autrefois.

3 Toi, par ta main, tu as dépossédé les nations, +
et ils purent s'implanter ; *
et tu as malmené des peuplades,
   et ils purent s'étendre.

4 Ce n'était pas leur épée qui possédait le pays, +
ni leur bras qui les rendait vainqueurs, *
mais ta droite et ton bras, et la lumière de ta face,
   car tu les aimais.

5 Toi, Dieu, tu es mon roi, *
tu décides des victoires de Jacob :
6 avec toi, nous battions nos ennemis ;
par ton nom, nous écrasions nos adversaires.

7 Ce n'est pas sur mon arme que je compte,
ni sur mon épée, pour la victoire.
8 Tu nous as donné de vaincre l'adversaire,
tu as couvert notre ennemi de honte.

9 Dieu était notre louange, tout le jour :
sans cesse nous rendions grâce à ton nom.

Regarde, Seigneur, vois notre misère.

10 Maintenant, tu nous humilies, tu nous rejettes,
tu ne sors plus avec nos armées.
11 Tu nous fais plier devant l'adversaire,
et nos ennemis emportent le butin.

12 Tu nous traites en bétail de boucherie,
tu nous disperses parmi les nations.
13 Tu vends ton peuple à vil prix,
sans que tu gagnes à ce marché.

14 Tu nous exposes aux sarcasmes des voisins,
aux rires, aux moqueries de l'entourage.
15 Tu fais de nous la fable des nations ;
les étrangers haussent les épaules.

16 Tout le jour, ma déchéance est devant moi,
la honte couvre mon visage,
17 sous les sarcasmes et les cris de blasphème,
sous les yeux de l'ennemi qui se venge.

Debout, viens à notre aide, rachète-nous en raison de ton amour.

18 Tout cela est venu sur nous
   sans que nous t'ayons oublié : *
nous n'avions pas trahi ton alliance.

19 Notre cœur ne s'était pas détourné
et nos pieds n'avaient pas quitté ton chemin
20 quand tu nous poussais au milieu des chacals
et nous couvrais de l'ombre de la mort.

21 Si nous avions oublié le nom de notre Dieu,
tendu les mains vers un dieu étranger,
22 Dieu ne l'eût-il pas découvert,
lui qui connaît le fond des cœurs ?
23 C'est pour toi qu'on nous massacre sans arrêt,
qu'on nous traite en bétail d'abattoir.

24 Réveille-toi ! Pourquoi dors-tu, Seigneur ?
Lève-toi ! Ne nous rejette pas pour toujours.
25 Pourquoi détourner ta face,
oublier notre malheur, notre misère ?

26 Oui, nous mordons la poussière,
notre ventre colle à la terre.
27 Debout ! Viens à notre aide !
Rachète-nous, au nom de ton amour.

V/ Seigneur, à qui irions-nous ?
Tu as les paroles de la vie éternelle.

15 Que Dieu m’accorde de parler comme je comprends, et de concevoir une pensée à la mesure de ses dons, puisque lui-même guide la Sagesse et dirige les sages ;
16 car nous sommes dans sa main : nous-mêmes, nos paroles, toute notre intelligence et notre savoir-faire.
17 C’est lui qui m’a donné une connaissance exacte du réel, pour que je comprenne la structure de l’univers et l’activité des éléments,
18 le commencement, la fin et le milieu des temps, l’alternance des solstices et le changement des saisons,
19 le cycle des années et la position des astres,
20 la nature des animaux et l’instinct des bêtes sauvages, l’impulsion des esprits et les raisonnements de l’homme, la variété des plantes et les vertus des racines.
21 Toute la réalité, cachée ou apparente, je l’ai connue, car la Sagesse, artisan de l’univers, m’a instruit.
22 Il y a dans la Sagesse un esprit intelligent et saint, unique et multiple, subtil et rapide ; perçant, net, clair et intact ; ami du bien, vif,
23 irrésistible, bienfaisant, ami des hommes ; ferme, sûr et paisible, tout-puissant et observant tout, pénétrant tous les esprits, même les plus intelligents, les plus purs, les plus subtils.
24 La Sagesse, en effet, se meut d’un mouvement qui surpasse tous les autres ; elle traverse et pénètre toute chose à cause de sa pureté.
25 Car elle est la respiration de la puissance de Dieu, l’émanation toute pure de la gloire du Souverain de l’univers ; aussi rien de souillé ne peut l’atteindre.
26 Elle est le rayonnement de la lumière éternelle, le miroir sans tache de l’activité de Dieu, l’image de sa bonté.
27 Comme elle est unique, elle peut tout ; et sans sortir d’elle-même, elle renouvelle l’univers. D’âge en âge, elle se transmet à des âmes saintes, pour en faire des prophètes et des amis de Dieu.
28 Car Dieu n’aime que celui qui vit avec la Sagesse.
29 Elle est plus belle que le soleil, elle surpasse toutes les constellations ; si on la compare à la lumière du jour, on la trouve bien supérieure,
30 car le jour s’efface devant la nuit, mais contre la Sagesse le mal ne peut rien.

R/ L'Esprit sonde tout,
jusqu'aux profondeurs divines.

Ouvrière de toutes choses, la Sagesse m'a instruit,
tout ce qui est caché, je l'ai appris.

Plus que le vent, la Sagesse est mobile,
dans sa pureté, elle pénètre tout.

Pure effusion de la gloire de Dieu,
la Sagesse est reflet de la lumière éternelle.

 

Toute sagesse procède du Christ, Sagesse incréée du Père

Puisque l’empreinte créée de la Sagesse existe en nous et en toutes ses œuvres, il est tout à fait juste que la Sagesse véritable et créatrice, appliquant à elle-même ce qui concerne son empreinte, dise : Le Seigneur m’a créée en vue de ses œuvres. Cette parole dite par la Sagesse qui est en nous, le Seigneur se l’attribue à lui-même.

Bien entendu, il n’est pas créé, lui qui est le Créateur, mais il dit cela comme pour lui-même, à cause de son image créée qui se trouve dans ses œuvres. Le Seigneur Jésus a dit : Qui vous accueille m’accueille, parce que son empreinte est en nous ; de même, sans faire partie des choses créées, mais parce que son empreinte et son image sont imprimées dans ses œuvres par la création, il dit, comme si cela le concernait lui-même : Le Seigneur m’a créé au commencement de ses voies en vu de ses œuvres.

C’est ainsi que l’empreinte de la Sagesse est apparue dans ses œuvres, afin que le monde y reconnaisse le Verbe, son Créateur et, par celui-ci, le Père. Saint Paul avait dit : Ce que l’on peut connaître de Dieu est manifesté en eux ; car Dieu le leur a manifesté. Depuis la création du monde, les hommes, avec leur intelligence, peuvent voir, à travers les œuvres de Dieu, ses perfections invisibles. Le Verbe n’est donc pas une créature par son essence, mais la parole des Proverbes concerne la sagesse qui est en nous.

Cependant, si les Ariens refusent de le croire, qu’ils répondent à cette question : Y a-t-il de la sagesse dans les choses créées, ou non ? S’il n’y en a pas, comment l’Apôtre peut-il faire ce reproche : Puisque le monde, par la sagesse, n’a pas reconnu Dieu dans la sagesse de Dieu ? Ou bien, s’il n’y a pas de sagesse, pourquoi l’Écriture mentionne-t-elle la multitude des sages, et dit-elle : Le sage, avec frayeur se détourne du mal, et encore : C’est par la sagesse qu’on bâtit une maison ? L’Ecclésiaste dit lui aussi : La sagesse de l’homme illumine son visage. Et il blâme ainsi les présomptueux : Ne dis pas : Comment se fait-il que le passé soit meilleur que le présent ? Ce n’est pas une question inspirée par la sagesse.

Il y a de la sagesse dans les choses créées, comme dit le Siracide : Le Seigneur a diffusé la Sagesse sur toutes ses œuvres, sur toute chair, dans sa générosité, et il en a gratifié ceux qui l’aiment. Cette « diffusion » ne caractérise nullement l’essence de la Sagesse qui existe en elle-même et qui est son Fils unique, mais celle de la sagesse dont l’image est imprimée dans le monde créé. Qu’y a-t-il d’incroyable à ce que la Sagesse créatrice et véritable, dont l’image est diffusée dans le monde sous forme de sagesse et de connaissance, dise comme s’il s’agissait d’elle-même : Le Seigneur m’a créée en vue de ses œuvres ? En effet, la sagesse qui est dans le monde, n’est pas créatrice, elle est créée dans les œuvres de Dieu, et c’est par elle que les cieux racontent la gloire de Dieu, et que l’œuvre de ses mains, le firmament l’annonce.


R/ Esprit de vérité, tu nous conduis
dans la vérité tout entière.

La sagesse est brillante et ne se ternit pas ;
elle se laisse trouver par ceux qui la cherchent.

La sagesse prévient ceux qui la désirent,
elle marche à leur rencontre.

Le désir de la sagesse conduit à la royauté,
et la fidélité donne place auprès de Dieu.

 

Fais que les événements du monde, Seigneur, se déroulent dans la paix, selon ton dessein, et que ton peuple connaisse la joie de te servir sans inquiétude.